€ 28000 et deux tableaux de perdus

Publié le par Nectaire Tempion

Ce qui n’est ni à la mode ni de qualité exceptionnelle est abordable. Entendons-nous : ça ne se vend tout de même pas au SMIC ; mais le smicard s’en fout car il regarde le foute à la télé ; panem et circenses.

€ 15000 pour un beau portrait de femme du XVII°, d’artiste non identifié, c’est abordable (pour cent briques t’as plus rien). On l’imagine au-dessus d’une commode ventrue, dans un manoir habité par les descendants du modèle, loin des nouveaux riches.

€ 13000 pour un Grimou à restaurer, c’est abordable, mais je me demande combien il en reste en mains privées.

Total : € 28000 aux dépens des contribuables, car les deux sont entrés au musée des Beaux-Arts d’Agen.

Les fonctionnaires ne laisseront rien aux honnêtes gens. Pour financer la désertification de notre cadre de vie, ils nous pressureront jusqu’au dernier centime.

Inclusivement.

Commenter cet article