€ 28000 et deux tableaux de perdus

Publié le par Nectaire Tempion

Ce qui n’est ni à la mode ni de qualité exceptionnelle est abordable. Entendons-nous : ça ne se vend tout de même pas au SMIC ; mais le smicard s’en fout car il regarde le foute à la télé ; panem et circenses.

€ 15000 pour un beau portrait de femme du XVII°, d’artiste non identifié, c’est abordable (pour cent briques t’as plus rien). On l’imagine au-dessus d’une commode ventrue, dans un manoir habité par les descendants du modèle, loin des nouveaux riches.

€ 13000 pour un Grimou à restaurer, c’est abordable, mais je me demande combien il en reste en mains privées.

Total : € 28000 aux dépens des contribuables, car les deux sont entrés au musée des Beaux-Arts d’Agen.

Les fonctionnaires ne laisseront rien aux honnêtes gens. Pour financer la désertification de notre cadre de vie, ils nous pressureront jusqu’au dernier centime.

Inclusivement.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article