Tu te laisses aller

Publié le par Nectaire Tempion

 

Solitude

A l'époque des transatlantiques, des ventilateurs à longues pales qui tournaient lentement dans la touffeur des bars, des tangos argentins et des fonctionnaires coloniaux, les nouveaux venus sous les tropiques ne comprenaient pas les extrême-orientaux. Quelques années plus tard, ils croyaient les comprendre, illusion qui se dissipait vers la fin de leur carrière.

Une langue étrangère et des moeurs exotiques, dont les plus déroutantes sont, à mon humble avis, celles des indigènes du Pas-de-Calais, donnent à l'autre une aura de mystère. Cet obstacle franchi, chacun comprend superficiellement son prochain.

Superficiellement, car en profondeur, les consciences sont incommunicables.

Cest notoire.

Il en résulte évidemment que nous sommes tous des incompris.

C'est frustrant.

Pleurons sur nous-mêmes, ô mes frères...

 

 

Prochain, tu me fatigues :

Fais ce que je dis,   pas ce que je fais.

 

De Tou Fou ( traduction Tchang Fou-jouei ) :

" Toute ma vie, je fus souvent malade ; c'est seul encore que je monte à cette terrasse.

J'ai plus de soucis et de tourments que de cheveux sur mes tempes blanchies.

Ecrasé, bon à rien, j'ai renoncé aux coupes de vin trouble. "

 

Bois ta tisane, enfonce ton suppositoire, cesse de geindre, et vas te coucher.

Never explain, never complain.

 

Lassitude

Coincé entre une plèbe raciste et une intelligentsia sectaire, nivelé par un mandarinat qui n’a même pas le courage d’afficher son cynisme, menacé  en même temps d’être  exclu et phagocyté, que peut attendre l’honnête homme ?

La mort.

 

Dernière demeure

Je suis certes un grand homme, et j'attends de pied ferme la reconnaissance de la patrie, mais je ne veux pas être enterré au Panthéon: c'est trop mal fréquenté.

 

C’est fini, oui ?

 

“Avez-vous remarqué que j’avais un beau cul ?”

L’alexandrin n’est pas mal non plus. Non, pas de Malherbe, dont voici un vers :

“Et mon vit, dont le foutre est la félicité”

Brassens était souvent gaillard, et Malherbe parfois paillard.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article