Boniment prématuré

Publié le par Nectaire Tempion

      J’ai ouvert un blogue. Pas pour faire comme tout le monde : par hygiène. Sur ses vieux jours, ma grand-mère faisait des mots croisés, pour conserver son vocabulaire. J’ai fait un test de mémoire : le neurologue a estimé que la mienne était excellente… pour mon âge. In cauda venenum. Me contraindre à écrire chaque jour quelques lignes devrait avoir le même effet thérapeutique que les mots croisés.

        Aurai-je des visiteurs ? Je pourrais les exclure mais risquer d’en avoir est une contrainte incitative. Dès lors, il faut que ma devanture attire le chaland. Avant de franchir le seuil, il voudra savoir plein de choses.

       Qui se cache derrière mon pseudonyme : top secret, mais un petit génie de dix ans fera sauter le verrou informatique en moins de temps qu’il n’en met pour faire une faute d’orthographe. Moins doués, les adultes pourront s’imaginer que, sous le masque, un gros bonnet aigri par le succès s’abandonne à des regrets électoralement inavouables.

Mon âge : sans intérêt, car il change tous les ans, le 13 septembre.

Ma biographie : n’ayant jamais rien fait de bien, ni même de mal, elle est vite rédigée.

Mon profil ; à vous d’en juger :

-   Réactionnaire : je romps mais ne plie point.

-   Rétrograde : quand j’étais jeune…

-   Collabo : je rampe donc je jouis.

-   Conservateur : j’appartiens au parti des satisfaits.

- Néo-con : j’étais progressiste avant d’avoir été agressé par des voyous.

-       Centriste : je prospère au creux du matelas.

-       Progressiste : les vessies sont des lanternes.

-       Radical : toutes les places et tout de suite.

-       Coléreux : je casse mes joujoux, ça me soulage.

-       Révolutionnaire : tuez-les tous ! Dieu reconnaîtra les siens.

          Je suis abstentionniste : il n’y aura pas de vote, donc ni recension des votes, ni contestation des résultats.

Oui mais, vous êtes de gauche, ou bien…

       Je veux bien devenir musulman à condition d’être le calife, laïquement républicain à condition d’être le chef des sectaires et/ou révolutionnaire à condition d’être le N°1 des exterminateurs. Sinon, je préfère Benoît XVI, Louis XX et l’Ordre de Malte. Mais je ne suis pas islamophobe.

        Reste la marchandise. Que vais-je proposer à mon aimable lectorat ?

      Pas de photos cochonnes (il y a des sites spécialisés), pas de blasphèmes (Godverbloem veut dire loué soit Dieu), pas de théologie (sutor, ne supra crepidam), pas de sciences dures (je préfère les caramels mous), pas d’économie (plus nul que moi tu meurs), pas de sport ni, ce qui revient au même, de chaud-bise (panem et circenses), enfin, pas de ragots (si une certaine Monica pratique une fellation, je n’en ferai pas de gorges chaudes).

         En revanche, selon mon caprice, mon visiteur s’exposera à mes souvenirs de lecture, ma curiosité pour les objets anciens, beaux, rares ou précieux, ma haine des musées, sans compter une propension, qui n’est plus de mon âge, pour le registre estudiantin.

         Et les commentaires ?

       Je sais un site où les commentateurs, qui contribuent bénévolement à son audience, donc à ses recettes publicitaires, sont fidélisés par un dressage en férocité. Rendu furieux par les piques du dompteur et de son assistant, le commentateur se bat les flancs de sa queue, ouvre sa grande gueule, rugit, siffle, crache, rote, pète, donne des coups de patte… mais ne quitte pas son tabouret.

         Quand tu vas chez les commentateurs, prends ton fouet !

          Je ne désire pas établir avec les miens, si j’en ai, une relation sado-maso.

          Mais je ne veux pas non plus être insulté chez moi. Pire, je redoute des ennuis au fond, pardon, sur le fondement de toute norme qui me serait opposable, pour les dires d’autrui. Donc, par mesure de précaution, modération a priori. Anastasie, protège-moi !

         A bientôt, j’espère !

 

       Seulement, voilà : j’ai bricolé ce laïus un mois avant de créer le blogue, histoire de ne pas embarquer sans biscuit. Je désirais qu’il y ait un bouton sur lequel le visiteur pourrait cliquer pour se faire une idée du bonhomme. D’autres montrent leur photo. Je ne suis pas assez dégourdi, ou du moins pas encore, pour mettre ça en place. D’un autre côté, instaurer une modération a priori en l’absence de commentateurs serait une anticipation optimiste mais présomptueuse.

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article