"Tu te fiches pas mal de ton pays"

Publié le par Nectaire Tempion

Attitude particulièrement déplorable,

« Lorsque la Grèce est un champ de carnage

Où l’on immole les maris »

 

Le bon roi Henri V, en son exil, prenait plaisir aux bouffonneries de Meilhac et Halévy, mises en musique par Offenbach . Lui aussi disait « pays » au sens de « patrie ». Le mot revient très souvent dans :

Henri comte de Chambord

« Journal » (1846-1883)

Texte établi et annoté par Philippe Delorme

François-Xavier de Guibert, Paris, 2009.

On notera que Monsieur Delorme est orléaniste.

Littré, qui était républicain, ne critique pas cette acception du mot « pays ». Il rabroue Musset en ces termes :

« On a accusé de néologisme pays pour patrie : C’est comme la patrie, vieux mot assez usé : on dit le pays ; voyez nos orateurs, ils n’y manqueraient pas pour dix écus, A. de Musset, Lettres de Dupuis et Cotonet, 1836. Les exemples ci-dessus montrent que l’accusation est mal fondée. » Exemples tirés notamment de Corneille.

On ne peut que s’incliner devant l’autorité du grand lexicographe. Mais je préfère quand même, selon le contexte, « patrie » ou « Etat ».

 

 

 

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article