Connaissez-vous Stéphane Guillon ?

Publié le par Nectaire Tempion

Ce citoyen (profession : humoriste, comme le célèbre Dieudonné) défraie la chronique pour avoir fait savoir « qu’il n’était pas question pour lui de se marier sous le portrait de Sarkozy ».

Je ne vois pas comment. Le mariage est un sacrement que les conjoints s’administrent mutuellement. Le prêtre bénit leur union . Le prétendu mariage civil n’est ni un sacrement ni même une bénédiction, mais une pantalonnade d’origine révolutionnaire dont je réclame l’abolition.

Or, justement, c’est en mairie, non dans aucune église, ni aucune mosquée, ni au-dessus du lit (où l’on accroche plutôt un crucifix), qu’on peut voir la photographie officielle de l’usurpateur en exercice. A Gonneville-sur-Mer, la « salle des mariages » était décorée de la série complète. Monsieur le préfet fit décrocher celle de Philippe Pétain, personnage proche, en 1925, du Cartel des gauches, mais ce que le grand commis de l'Etat reprochait à sa mémoire, c’était d’avoir été « chef de l’Etat français ». En revanche, le portrait de Charles de Gaulle, qui livra l’Algérie aux néo-hitlériens du FLN, ne le dérangeait pas.

Je m’attendais à un parallèle entre le citoyen Guillon et Monsieur le préfet. Je n’en ai pas trouvé. Il est vrai que je n’ai pas fait une recherche systématique.

On observera que ce citoyen n’est allergique qu’à la trombine de Nicolas Sarközy de Nagy Bocsa. La photo de François Hollande, dans le même rôle, ne lui donnerait pas de boutons. Ce n’est pas la fonction qui lui pue, mais son détenteur.

Il a réussi à faire parler de lui. On ne peut que l’en féliciter.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article