Contre le miché délinquant pour le fisc proxénète

Publié le par Nectaire Tempion

Le client n’est pas un coupable mais une dupe. Le réprimer ne rapporterait pas grand chose : il est notoire que l’amende n’est pas un moyen efficace d’alimenter les caisses publiques.

D’un autre côté, instituer une TVA sur les prestations des gagneuses se heurterait à deux écueils : le travail au noir et le remboursement de TVA fictive.

Mieux vaudrait une vignette renouvelable annuellement : les professionnels de tous sexes devraient se la coller aux miches et dévoiler celles-ci à toute réquisition.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article