Des ressorts précoces

Publié le par Nectaire Tempion

Je lis dans les « Mémoires de Madame Campan », Mercure de France, rééd. 2000, p. 32 : Madame Victoire « me dit en me montrant la bergère à ressort dans laquelle elle était étendue : “…voici un fauteuil qui me perd”. »

Une garniture à ressorts en plein règne de Louis XV ?

Je pense que par « ressort » il faut entendre le crochet permettant d’incliner les fauteuils de malade. La princesse n’était-elle pas étendue dans sa bergère ? La page 174 confirme cette hypothèse : Marie-Antoinette « commanda pour ses femmes d’énormes fauteuils dont les dos se renversaient par le moyen de ressorts et qui tenaient parfaitement lieu de lit ».

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article