Du mariage

Publié le par Nectaire Tempion

 Le mariage républicain consiste à ligoter deux victimes ensemble et à les noyer dans la Loire. Il n’est plus pratiqué, du moins pour le moment.

Le mariage civil est une pantalonnade d’origine révolutionnaire qui, néanmoins, ne doit pas être confondu avec le précédent. C’est à celui-là qu’aspirent les adeptes de l’amour grec.

Le mariage tout court est un sacrement. Le prêtre ne fait que bénir l’union des conjoints (je n’ose commenter ce mot), tandis que Monsieur le maire, ceint de son écharpe comme un œuf de Pâques ou la médaille au cou, comme un cochon primé aux comices agricoles, célèbre le mariage civil. Ce dernier est obligatoire avant la bénédiction nuptiale. Le prêtre qui, régulièrement, bénit des civilement célibataires s’expose à une sanction pénale. C’est arrivé à des imams.

« Il est de bons mariages ; il n’en est pas de délicieux » (Chateaubriand). « Il y a des hommes qui n’ont que ce qu’ils méritent : les autres sont célibataires » (Sacha Guitry). 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article