Du nouveau chez Arthéna

Publié le par Nectaire Tempion

Mais rien sous le soleil.

Dans sa monographie, intitulée « Pierre Jacques Volaire, 1729-1799, dit le Chevalier Volaire », Madame Emilie Beck Saiello écrit page 50 :

Dans les années 1760, les « déficiences manifestes du gouvernement pontifical et de la société romaine sont mises en évidence et analysées par Ferdinando Galiani dans ses Dialogues sur le commerce des blés (1770) et par Jean-Henry Melon dans son Plan abrégé du gouvernement économique de l’Etat ecclésiastique (s.d.). Ils mettent en cause un Etat tentaculaire entravant le développement d’une économie libérale, une administration inefficace, une gestion inadaptée des ressources, un budget déficitaire et des dépenses excessives, une richesse fondée exclusivement sur l’agriculture, en l’absence de commerce et d’industrie, une mise en coupe réglée de la bourgeoisie et des propriétaires terriens contraints de nourrir cardinaux, prélats et voyageurs, enfin une politique d’assistanat fondée sur un système de charité publique. »

Elle ajoute en note : « Voir aussi l’analyse que fait William Hamilton dans une relation sur la situation des Etats pontificaux, adressée au comte de Shelburne le 19 juillet 1768 ».

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article