Encore qu'on ne sache pas qui en est l'auteur

Publié le par Nectaire Tempion

et qu’on ne soit sans doute pas près de le savoir, si, par exemple, le coup émane des services secrets.

Extrait d’une lettre de l’amiral de Penfentenyo, président de « Civitas », au citoyen Guéant, sinistre chargé des Cultes :

« Malgré une pétition ayant reçu en quinze jours plus de 80 000 signatures, malgré les démarches entreprises sur place, dont le rassemblement de 1 500 personnes le samedi 16 avril, malgré l’appel de l’Evêque d’Avignon au retrait de l’image du scandale, la Mairie comme la direction de la collection Lambert restent sourdes à notre appel.

Dans ces conditions, il n’est pas complètement étonnant qu’on retrouve brisée le lendemain la vitre du tableau, encore qu’on ne sache pas qui en est l’auteur, et cette méthode ne correspond pas à notre façon de vouloir traiter les affaires. Néanmoins, elle permet à la collection Lambert de se poser en victime, et ne met pas pour autant fin au scandale puisque l’exposition demeure. »

 

 

Commenter cet article