Fous et flouss

Publié le par Nectaire Tempion

L’adolescent qui vide un chargeur sur ses condisciples puis se donne la mort est bizarre dans sa tête.

L’adulte qui clame son monothéisme puis tire sur une femme monothéiste, copte en l’occurrence, est bizarre dans sa tête.

Le nihiliste qui tue en se faisant exploser est bizarre dans sa tête, mais pas le pervers qui le manipule : pour ce dernier, c’est une voie d’accès au pouvoir, donc de la politique.

Les pirates qui arraisonnent un navire exercent, aux dépens de l’armateur, une profession fort lucrative. A Manille, on peut paraît-il s’assurer contre la piraterie. Le bâtiment assuré n’est pas attaqué. Un bandit monte même à bord pour éviter un éventuel malentendu.

Les preneurs d’otage font payer rançon. Ça aussi, c’est professionnel.

Mais il s’agit de professions à risque. Si les pirates, ou les ravisseurs, tombent sur un gouvernement du genre : « si tu me cherches, tu me trouves », ça peut barder pour leur matricule.

Or, plus la profession devient dangereuse, moins elle devient rentable.

On imite ce qui réussit, on abandonne ce qui échoue.

On ne peut rien contre les fous, on peut faire lâcher prise à ceux qui convoitent du flouss.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article