J'assume mon snobisme

Publié le par Nectaire Tempion

En 1934, Edouard Benes, futur président de la République tchécoslovaque, qui n’existe plus, déclara : “ Plutôt Hitler que les Habsbourg ”. Il fut exaucé.

Moi, je préfère les Habsbourg.

A Hitler et à Benes.

A Tartempion et à Gugusse.

Je préfère la civilisation à la révolution, donc l’hérédité à la foire d’empoigne pour l’assiette au beurre.

Cela ne me prive en rien : je ne suis pas né sur les marches d’un trône, mais si je prétendais disputer le pouvoir à quiconque, mes rivaux me marcheraient sur le ventre en moins de temps qu’il n’en faut pour l’écrire. La plupart des gens sont dans le même cas, c’est pourquoi ils n’essaient pas non plus.

Condamné par mon inaptitude au struggle for power à subir au lieu de vouloir, je trouverais moins humiliant d’être soumis à un dynaste de vieille souche, qui me serait socialement supérieur, qu’à un nouveau riche de la politique. Tant pis si l’on me tient pour snob.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article