Je faisais partie de la clientèle

Publié le par Nectaire Tempion

Trouvé, sur e-deo du Ier août, des nouvelles de mes anciens bouchers, qui ont fermé en novembre 2009.

« Des jeunes ont manifesté leur écoeurement parce que nous n’étions pas une boucherie hallal, relate Jean-Luc Delcour ».

Mais, à mon humble avis, la religion a bon dos. Il y a quelques années, dans un autre quartier, j’ai entendu un jeune adulte expliquer à un autre que les Algériens étaient les maîtres. « Avant, c’étaient les Français, maintenant, c’est nous ».

On a fait croire à des travailleurs immigrés, ou à leurs descendants, qu’il y avait eu une guerre entre les Algériens et les Français, et que les Algériens avaient gagné. Conséquence : les moins fûtés d’entre eux se prennent pour des conquérants, à l’instar des soldats allemands, sous l’occupation.

Faudrait les détromper. Il y eut en Algérie une révolution ; les révolutionnaires furent battus à plates coutures ; ensuite il plut au « Général » de livrer l’Algérie (et le Sahara) aux dirigeants vaincus, à la grande satisfaction des beaufs de métropole.

Ils ne voulaient pas de l’Algérie, ils l’ont à domicile. Bien fait ! Mais c’est peu dire qu’ils n’aiment pas. Et plus les petits cons les provoquent, moins ils aiment.

Nous voici en période pré-électorale : « les jeunes » auraient intérêt à se méfier.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article