Je ne blasphème pas

Publié le par Nectaire Tempion

Je pratique le tir à canon coudé.

J’instrumentalise ceux que le blasphème révulse, peu important qu’ils fassent ou non preuve de subtilité devant une performance poraine, qui passerait inaperçue en l’absence de protestations.

« Je suis marchand, donc je marche » a dit Ambroise Vollard. Je suis bateleur, je fais marcher : à moi les subventions !

 A noter qu’un esprit fort n’a pas voulu marcher. Le sénateur Pozzo di Borgo, qui préfère le principe administratif de neutralité religieuse au laïcisme de combat, a fait admettre que la puissance publique doit s’abstenir d’encourager comme de dénigrer, au risque de troubler l’ordre public, des spectacles au contenu religieux ou irréligieux. Une subvention a sauté.

Oui, mais moi, c’est ma source de revenus : ça ne me fait pas rire.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article