Je ne suis pas gros

Publié le par Nectaire Tempion

Peut-être un peu enveloppé, insinuent mes ennemis.

Tchouang-tseu, lui, était gros.

La preuve ?

« Un jour Tchouang Tcheou rêva qu’il était un papillon froufroutant, qui, tout à sa joie, donnait libre cours à ses désirs, sans savoir qu’il était Tchouang Tcheou ; puis, brusquement, il s’éveilla, retrouvant la lourdeur de son corps ; il se demanda s’il était Tchouang Tcheou qui avait rêvé qu’il était un papillon ou un papillon qui se rêvait Tchouang Tcheou » (traduction Jean Lévi).

« la lourdeur de son corps »… Mais ne nous attardons pas sur un détail de la traduction, et gardons-nous de gloses élucubrantes, voire, comme dirait tel amateur de sumo, abracadabrantesques. Ce passage révèle que maître Tchouang était gros, carrément gros, je le sais par expérience personnelle, quoique ne l’étant pas, mais tout au plus un peu dodu.

Quand je rêve, quel que soit le thème de mes songes (par exemple, saint Georges terrassant le percepteur), je me sens mince et leste. Je retrouve au réveil mes kilos superflus (et ma feuille d'impôt).

Le pauvre Tchouang était plus gravement atteint. Il rêva qu’il était un papillon et resta un moment, au réveil, sous l’influence de ce rêve, d’où son incertitude. Un psychiatre parlerait de confusion.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article