Je redoute un malentendu

Publié le par Nectaire Tempion

A ma grande surprise, le fameux Fromage Plus, gloire de la réacosphère, décoré de l’inscription sur les listes noires les plus prestigieuses, est intervenu hier sur un blogue ségoléniste, dans lequel je suis tombé, comme un cheveu sur la soupe, sans l’avoir voulu.

Il semble m’attribuer une position cynique sur la question de l’avortement, alors que je me borne à observer l’attitude des autres, qui varie, avec une gamme d’intermédiaires, de l’indignation à l’adoration.

J’ignore si un fœtus est ou non une personne et si oui, à partir de quand. J’ignore si ôter la vie, humaine ou non, est toujours critiquable, comme le posent les bouddhistes. Il me semble toutefois que non, dans des situations à risque, telles que le champ d’honneur, le duel et la légitime défense. Quant à l’euthanasie, elle me fait penser à ce personnage de Sartre qui, ayant écrasé une mouche, déclara : «  - C’était un service à lui rendre ». Je crains que la méthode, en se développant, ne conduise à rendre service à la Sécu, dont les soins aux petits vieux obèrent les comptes.

Sutor, ne supra crepidam. Je ne suis ni théologien, ni philosophe, ni professeur de droit canon, ni biologiste ni médecin. Plus incompétent que moi, tu meurs. Conscient de ma nullité, je m’en remets à l’enseignement de l’Eglise. Le plus minable des pécheurs peut lire des encycliques.

Mais assez pontifié. A l’origine du débat, la production d’un professionnel du chaud-bise, qui répond au pseudonyme de Colonel Reyel, et dont j’ignorais encore l’existence la semaine dernière. Mais le maître du blogue ségoléniste connaît, et Fromage Plus aussi. Tous deux, chacun chez lui, lui ont consacré un billet. C’est lui faire beaucoup d’honneur. Et je tombe dans le panneau.

Commenter cet article