Joyeux anniversaire

Publié le par Nectaire Tempion

Un an sans gouvernement fédéral à Bruxelles : les Belges n’ont jamais été  tranquilles aussi longtemps.

Pourvu que ça dure !

Mais il y a un mais.

Les devoirs de sa charge imposent au roi de nommer le premier ministre. La procrastination où se complaisent les chefs de partis rend inopérante cette tâche.

Le rôle qu’il font ainsi jouer au souverain porte atteinte à la majesté royale.

Comment sortir de là ?

Je propose, ci-dessous, la 10000° réforme constitutionnelle.

1 . Les affaires sont courantes.

2 . Le premier ministre est démissionnaire.

3 . Le premier ministre, chef du gouvernement démissionnaire, expédie les affaires courantes.

4 . Le roi tire au sort le nom du premier ministre démissionnaire sur la liste des chefs de parti.

5 . La fonction de premier ministre démissionnaire est viagère.

6 . Tout cela n’a aucune importance. Si le temps se gâte, le roi nomme Tintin dictateur au sens romain du terme.

Commenter cet article