L'impôt et la révise sont les deux mamelles du père Soupe

Publié le par Nectaire Tempion

Rue de Bercy, on pressure ; au Louvre, on postempte ; pardon, on « préempte ». Cette méthode malhonnête n’est possible qu’en France et à Monaco. Ailleurs, nos exploiteurs enchérissent pour enrichir avec nos sous les collections de Big Brother.

Pas plus tard que le 26 dernier, un Ribera a été postempté par l’ennemi : € 285000 plus les frais.

On tue des soldats, des enfants. Les agents du fisc et les conservateurs de musée (c’est tout un) jouissent de l’impunité.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article