L'impôt et la révise sont les deux mamelles du père Soupe

Publié le par Nectaire Tempion

Rue de Bercy, on pressure ; au Louvre, on postempte ; pardon, on « préempte ». Cette méthode malhonnête n’est possible qu’en France et à Monaco. Ailleurs, nos exploiteurs enchérissent pour enrichir avec nos sous les collections de Big Brother.

Pas plus tard que le 26 dernier, un Ribera a été postempté par l’ennemi : € 285000 plus les frais.

On tue des soldats, des enfants. Les agents du fisc et les conservateurs de musée (c’est tout un) jouissent de l’impunité.

 

 

Commenter cet article