La loi et la coutume

Publié le par Nectaire Tempion

    

 

Point de vue républicain :

Coutume égale excision du clitoris.

Droit musulman égale lapidation de la femme adultère.

N’ergote pas,  sale islamiste !

Demande pardon, et reconnais la divinité non de César, c’est démodé, mais de son avatar, Marianne.

 

Réponse dialectalement arabe,

empruntée au commissaire Brunetti,

dans Les voleurs de soleil, Balland 1992, p.  19 :

“kelb ben el kelb, ataï ben ataï”

c’est-à-dire : chien, fils de chien, enculé, fils d’enculé.

 

Point de vue traditionaliste :

Air connu, “la coutume opprime, la loi libère”.

En effet, la loi libère ceux qui l’édictent du respect de la coutume.

 

Exemple de coutume : la reconnaissance du nouveau dalaï lama, à l’issue de la procédure adéquate.

Exemple de loi : la loi de 1886, abrogée en 1950, frappant d’exil les aînés des familles ayant régné sur la France.

 

La loi, c’est n’importe quoi, le caprice du vainqueur, ou, si vous préférez, l’expression de la volonté générale.

 

 


 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article