La question d'Iran

Publié le par Nectaire Tempion

Londres a rompu les relations diplomatiques, Berlin et Paris rappelé leur ambassadeur en consultation.

La flotte de Sa Très Gracieuse Majesté ne va sûrement pas insulter la côte persane : ça ne se fait plus.

Jadis, quand le chah était mécontent de l’ambassadeur russe, il le renvoyait à son maître dans un tonneau de saumure. Il y a encore de la saumure mais plus de chah, et surtout le rapport de force entre le subordonné aux ayatollahs et l’autocrate de toutes les Russies s’est inversé.

Pour l’heure, le tovarich Poutine n’a pas intérêt à faire  empoisonner le frère Amadinedjab, bien au contraire, mais ce ne serait pas le premier.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article