La quête identitaire

Publié le par Nectaire Tempion

 

I

Le lignage

 

Dans toute généalogie, on trouve un prince et un pendu, dit le proverbe.

 

*

 

Les généalogistes amateurs sont mal vus aux archives : trop nombreux, ces naïfs amants de la vérité fatiguent à la fois les registres et les magasiniers.

 

*

 

D'une mère à son fils :

- De mon côté il n'y a pas de sang bleu, mais j'en suis fière tout de même.

 

*

 

D'un gentilhomme à un faux noble, qui le tannait avec ses prétentions :

- Je me fous de mes ancêtres et, a fortiori, des vôtres.

 

*

 

II

Les racines

 

J'ai reçu en naissant la nationalité française.

Chouette ! j'ai pour ancêtres les Gaulois.

 

*

 

Enfant de l'Assistance publique, je suis doté d'un faciès maghrébin ( c'est sur ma fiche à la police ).

En me convertissant à l'islam, j'ai retrouvé mes racines.

 

*

 

III

Asinus asinum fricat

 

La décence m'interdit de préciser où les homosexuels placent leur racine.

 

*

IV

La circoncision

 

Ou bien c'est médical, ou bien c'est la quéquette identitaire.

 

*

 

V

Les affres d'une génisse

 

Maman était une vache normande, tonton un boeuf du Charolais.

Ce métissage m'écartèle : c'est à en devenir folle !

 

*

 

VI

De l'identique à l'identitaire

 

Nous parlons la même langue, sommes du même sexe ou nous adonnons au même vice. Nous nous roulons dans la poussière en écoutant le même chanteur ou le même gourou. Nous militons au bénéfice des mêmes salopards.

Puisque nous partageons une identité, nous formons une communauté.

Que dis-je ! nous procédons d'un être collectif, comme Jésus est un avatar de Vichnou.

 

*

 

VII

Prière avant la quête

 

Percevez-vous, si ça vous flatte, comme citoyen parmi les plus purs et les plus vertueux, comme intellectuel à l'avant-garde des ouvriers et des paysans, ou comme parangon de la race des seigneurs, mais faites-moi grâce de vos plaisirs favoris :  la guillotine, la balle dans la nuque et la chambre à gaz.

Amen.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article