"Le droit de blasphémer est-il à géométrie variable ?"

Publié le par Nectaire Tempion

Réponse : oui.

Signé Chantal Delsol dans « L’Express ».

L’auteur n’aime pas trop les faux derches.

Moi non plus.

Mais les premières lignes de son papier me gênent aux entournures. En effet, elle pense les religions en termes de croyance, et les irréligions n’y échappent pas. Certes les religions, irréligions incluses, comportent, disons, une foi (qui peut s’analyser diversement). Mais c’est bien trop étroit pour rendre compte du phénomène. Même dans le bouddhisme du petit véhicule.

La religion relie. Prenons le cas des valeurs de la République : elles relient les adeptes de la secte laïcarde. Le blasphème, manifestation religieuse, relie les blasphémateurs.

Un dernier mot : je ne me torche avec aucune déclaration des droits de l’homme ; je préfère Lotus.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article