Le foute

Publié le par Nectaire Tempion

N’adoucit pas les mœurs. Les vieux se souviennent d’une tuerie au Heysel. Tintin était neutre, mais depuis des siècles, les belligérants ont l’habitude d’en découdre en Belgique, non sans vérifier au passage que le buffet des indigènes ne contient pas d’argenterie bonne à prendre, ni leur cave de bouteilles bonnes à vider.

Le foute, c’est la guerre.

Récemment, l’ost algérien défit à Khartoum les forces égyptiennes. Après le match, histoire de fêter ça en incendiant joyeusement des voitures (35 à Roubaix, selon « La Voix du Nord »), les supporteurs de l’Algérie descendirent dans la rue. A Paris, plusieurs d’entre eux tombèrent sur la chaussette à clous qui, par pur racisme, supporte l’Egypte. Une franche explication s’ensuivit . Un jeune grimpion berbère, qui passait par là, crut devoir leur faire la leçon. Mais l’heure était à la castagne, pas à la formation continue, que le gamin n’était d’ailleurs pas payé pour dispenser. Les fins limiers flairèrent toutefois le danger : si le petit prétentieux était vraiment élève rue Saint-Guillaume, recruté à un tour très spécial, donc enfant chéri du dirlot, dont la longueur de bras s’étendait jusqu’à la place Beauveau, bonjour les dégâts ! D’un autre côté, fallait sauver la face. Donc, les archers du guet traitèrent ce Berbère de sale Arabe (injure sanglante, faut en convenir), et ponctuèrent cet arrogant discours d’une giclée de produit lacrymogène. C’est tout.

Beau scandale. Mais il faut tout de même souligner ce que ce jeune homme doit à la bassesse de sa naissance son mérite : imaginez à sa place un fils de grande tente, entré à l’Ecole des sciences népotiques pour faire comme papa ou, pire encore, une demoiselle de Ceci-Cela (ANF), étudiante à l’Ecole du Patrimoine et à la fac de droit. L’idée de se comporter ainsi ne leur serait d’ailleurs pas venue.

Dans quelques années, la victime sera sous-préfet. Episode saugrenu dans l’enfance d’un  super-flic. Ça fait désordre. L’ordre policier dévaste l’ordre social, mais au sein de l’ordre policier prospère une sorte d’ordre quasi-social, ici quelque peu perturbé.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article