Le modèle représentatif

Publié le par Nectaire Tempion

Inspiré par John Bull et l’oncle Sam, il fait florès depuis 1830, ou même un peu avant. Il a fait le tour du monde : même le Dalaï lama en est contaminé.

Mais les sructures et les procédures qu’il institue ont un rapport variable avec les caractéristiques effectives des différents régimes. On ne saurait trouver meilleur exemple de l’indépendance entre le formel et le réel que la constitution soviétique de 1936.

Peu importe : même en l’absence de rapport, le modèle représentatif a une valeur sacrale. C’est pourquoi les dictateurs organisent des élections qu’ils gagnent à hauteur de 99 %. Nul n’est dupe, mais ce rite investit son bénéficiaire d’une légitimité.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article