"Le plus joli cul du monde"

Publié le par Nectaire Tempion

Celui de Joséphine (dixit Barras).

A l’époque de sa spendeur, Consulat et Empire, la callypige apprécia fort la peinture de Fleury Richard et de Revoil.

Pour mettre la main sur l’ouvrage de référence, paru chez Arthéna, il y a déjà longtemps, faudrait que je lance une recherche d’envergure, quoique non scientifique, dans mon fourbi. J’y renonce.

« Partant pour la Syri-i-i-i-i-e,

   Le jeune et beau Dunois… »

 

 

 

Commenter cet article