Pour les achats aux artistes vivants

Publié le par Nectaire Tempion

Que le père Soupe achète du porain : c’est ce qui coûte le plus cher, donc ça devrait lui convenir. Mais comme le porain est nul, mettre cette production dans les décharges muséales serait une manière de s’en débarrasser. Tandis que l’entrée d’une belle chose dans les stocks administratifs fait deuil. C’est le monde à l’envers.

Chacun chez soi : le porain dans les poubelles bureaucratiques, et l’ancien dans le cadre de vie des honnêtes gens.

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article