Préambule

Publié le par Nectaire Tempion

Ce titre est-il suffisamment provocateur ? A l’époque préhistorique, Alfred Jarry avait retenu l’attention en ouvrant Ubu-Roi par le mot de Cambronne, légèrement modifié par l’adjonction d’un R. Une entrée en matière qui annonçait le ton général de l’oeuvre. Sur le boulevard, antérieurement me semble-t-il, on s’amusait de cet échange entre un auteur dramatique et l’acteur principal :

- Monsieur, vous piétinez mon texte!

- Ça porte bonheur, Monsieur!

 

Mais, au milieu des tombereaux d’injures et d’ordures que charrient le livre, la presse et la toile, ne vais-je point crier “Tu pues” dans le désert? Je le crains, mais je n’ai rien trouvé de pire.

Voici donc. Mais ne vous y trompez pas, bourgeois : c’est toujours de la littérature.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article