Rouspétances inactuelles

Publié le par Nectaire Tempion

Dans l’océan de pleurnicheries inspirées par le plasticage de « Charlie hebdo », j’ai laissé échapper, le 2 de ce mois, une perle du plus bel orient. C’est signé Ivan Rioufol, dans le journal où le bon ton exige, en France, qu’on mette sa nécrologie (en Belgique, c’est « La Libre »). Je n’ai pas trouvé le courage de m’appuyer les 280 commentaires.

Titre (je jure que je n’affabule pas) :

« L’attentat contre Charlie Hebdo est une agression contre la France ».

« Charlie Hebdo », c’est la France. Le scélérat que je suis se faisait jusqu’ici une idée opposée du royaume des lys. Je situais cet hebdomadaire bien-pensant, et dénué d’humour (comparez avec « Hara-Kiri »), dans les mêmes eaux, en moins bien, que « Bella Ciao ». Mais n’insistons pas !

Le citoyen Rioufol a lu (pas moi) « Charia Hebdo », puisqu’il le juge « gentiment potache ». J’ai peine à le croire. Pour autant que je sache, « Charlie Hebdo » n’est même pas « bête et méchant ». Ça, c’était la devise du regretté « Hara-Kiri ». Il me fait penser, parfois à Dieudonné, souvent au « Monde » (en moins chichiteux).

Prenez : « Grammaire française et impertinente », par Jean-Louis Fournier : ça, c’est gentiment potache.

Mais poursuivons : « Cet acte de censure [l’incendie volontaire] est gravissime car il est celui d’un nouveau fascisme ». Mussolini est hors de cause puisque ce fascisme est nouveau.

Un dernier mot : l’attentat était, et demeure, anonyme.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article