Sacrifions nos principes pour leur conserver un père !

Publié le par Nectaire Tempion

Relisons une diserte fille de banquier :

Œuvres complètes de Madame la baronne de Staël-Holstein, Didot 1836, pdf Google.

Vol. 1

p.143

         Dans l’assemblée constituante, les membres du côté droit auraient pu faire passer quelques-uns des décrets qui les intéressaient, s’ils eussent laissé la parole à des hommes plus modérés qu’eux et par conséquent plus agréables au parti populaire ; mais ils aimaient mieux perdre en la faisant soutenir par l’abbé Maury, que de la gagner en la faisant défendre par un orateur qui ne fût pas précisément de leur opinion sous tous les autres

p.144

rapports. Un triomphe acquis par une condescendance est une défaite pour l’esprit de parti.

p.145

Placés à l’extrême d’une idée, comme des soldats à leur poste, jamais vous ne pourrez les décider à venir à la découverte d’un autre point de vue de la question ; et tenant à quelques principes comme à des chefs, à des opinions comme à des serments, on dirait que vous leur proposez une trahison, quand vous voulez les engager à examiner, à s’occuper d’une idée nouvelle, à combiner de nouveaux rapports.

 

Ben oui. Comme disait Brassens, « quand on est con, on est con ». Mais que voulez-vous, chacun défend ce qu’il a : Necker, des intérêts, et l’abbé Maury, des principes.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article