Tel père, tel fils

Publié le par Nectaire Tempion

Le papa avait fait une grande carrière dans la préfectorale; le fils à papa a fait un pas de plus dans la même direction : une grande carrière au Parti.

A ses moments perdus, le fils à papa écrivait, non sans talent, sous le nom d'Aragon.

L'aventurier Malraux avait l'excuse d'être un zéro de la littérature (pas le zéro absolu, c'était Duras, mais un zéro) : même Dekobra lui était largement supérieur. Donc sa plume, à elle seule, ne lui eût pas permis de devenir quelqu'un.

Aragon est inexcusable.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D

La couleur des caractères est vraiment ignoble


Répondre