Tiens ton rang !

Publié le par Nectaire Tempion

La floraison des lettres et des arts est ordonnée au bien commun, qui exige que les ducs, les maréchaux, les princes du Saint-Empire, les princes romains, les grands d’Espagne, etc, vivent dans le faste.

Avec quels sous ?

Au XVIII° siècle, les principicules rhénans ne pressuraient pas férocement leurs sujets : ils consacraient à leur train de maison le revenu de vastes propriétés agricoles en Europe orientale.

Je préfère le latifundio à la ferme du yeoman, l’idéal étant de faire cohabiter les deux.

En revanche, je préfère le petit commerce à la grande distribution. Au supermarché, j’enrage en faisant la queue aux caisses, et j’entre en communion avec Chesterton. Mais je n’en ferais pas un fromage si je pouvais envoyer un domestique à ma place.

Le bien commun exige que l’honnête homme ait au moins un valet.

Oui mais, avec quels sous ?

 

 

 

Commenter cet article