Un anniversaire derrière nous

Publié le par Nectaire Tempion

Le 14 juillet 2011.

La parade militaire a fait couler de l’encre.

Une ancienne jeune fille au pair, ayant acquis la nationalité française en se faisant épouser par le fils de la maison, au grand dam de papa-maman, fut celle par qui le scandale arriva. On lui souhaite une juteuse carrière politique.

Inspirée, sans doute, par le fantôme de Chaumette, elle proposa de remplacer les militaires par des vieillards et des enfants, se réservant, j’imagine, le rôle avantageux de la déesse Déraison.

Très efficace, le coup de pub. Ce n’est pas une idiote.

Accessoirement, on s’est interrogé sur la fonction du défilé : « voir et complimenter l’armée française », comme disait la chanson, à l’époque de la revanche ; ou bien, manifester de l’attachement à la France, ou enfin, à l’opposé, célébrer la Raie publique.

Ce n’est pas le défilé, mais la date, qui gêne. La fête nationale commémore une ignominie. Vainement invoquera-t-on la fête de la Fédération. Cette cérémonie fut organisée pour l'anniversaire de la prise de la Bastille, et l'argutie, que plus d'un ignore, ne trompe pas les autres.

Le 15 août vaudrait mieux que le 14 juillet.

Commenter cet article