Laissez-moi vous parler de mon cul !

Publié le par Nectaire Tempion

J’éprouve pour lui le même sentiment que le citoyen Giscard pour le traité de Maastricht : c’est mon enfant, je l’aime.

Le mariage civil a été inspiré par un anticatholicisme virulent. Enterrons la hache de guerre et fumons le calumet de la paix ! Promouvons, enfin, une laïcité positive ! Créons un contrat d’union laïque (CUL), à la place du mariage civil, qui me courrouce, et du pacs, qui ne suffit pas aux homosexuels.

Celles et ceux qui souhaitent solenniser leur union le passeraient par-devant notaire, à charge pour lui de l’enregistrer, par mail sécurisé, au greffe du TGI le plus proche de l’étude. La publicité se ferait sur la toile. Les frais seraient assumés par l’Etat, pour que tous soient financièrement égaux devant leur CUL, qui sortirait dès l’enregistrement les mêmes effets juridiques et fiscaux que le mariage civil actuel.

Toute personne physique, sans limitation de genre ni de nombre, pourrait être partie au contrat. Ainsi, la citoyenne Bachelot, la citoyenne Boutin, le citoyen Frédéric Mitterrand et un boxeur thaïlandais  pourraient en conclure un ensemble. Mais les chiens, quoique meilleurs que les gens, en seraient exclus, car ce ne sont pas des personnes.

La même personne pourrait en conclure plusieurs en même temps.

Il appartiendrait aux conjoints de faire bénir leur CUL, avant, après ou pas du tout, selon le rite prescrit par leur religion. Ainsi, les adeptes de la femme sans tête pourraient le faire bénir par Monsieur le maire.

Dans ma famille, ce serait Monsieur le curé.

Et les enfants ?

Les co-contractants seraient soumis in solidum à la responsabilité parentale. Mais tout descendant pourrait exiger que sa filiation en ligne masculine (maman sûr, papa peut-être) soit établie par test ADN, qui serait de rigueur pour les filiations nobles.

Tout, ainsi, serair résolu, sauf les adoptions. Mais j’avoue être restrictif, en la matière. Une personne humaine n’est ni un ours en peluche, ni un animal de compagnie.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article