Insom-nuit de Chine

Publié le par Nectaire Tempion

 

Le courtisan Fou Lao-li, en littérature Calebasse Inutile, vit sans joie la décadence ming. L’apogée t’ang lui inspire de la nostalgie.

Ayant consacré sa journée à quelque intrigue, il rentre chez lui et gagne sa bibliothèque. Il se met en position d’écrire. Le calme monte en son esprit.

Alors le dignitaire rédige deux sentences parallèles :

- subjuguer les barbares par la conquête militaire ;

- maîtriser ses pulsions par l’observance des rites.

Puis, le lettré, qui ne déteste pas les jeunes garçons, calligraphie ce quatrain de style noble :

Voluptueuses fleurs d’osmanthe

Mais sérénité du foyer.

Les ancêtres sont satisfaits :

La concubine est accouchée d’un fils.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article